Comment visiter Rome en 3 jours pour un touriste amateur. En empruntant un itinéraire hors des sentiers battus, on peut faire un survol de quelques monuments célèbres. On y va alors !

Commencez la visite au Vatican

Pourquoi ne pas commencer la visite de Rome en faisant une halte au Vatican, sur la rive gauche du Tibre. Le pont Saint-Ange, orné de statues arborant les instruments de la Passion du Christ, mène à la cité pontificale. Depuis le XIIe siècle, des dizaines de milliers de fidèles peuvent s’assembler sur la place Saint-Pierre, dessinée par le Bernin, pour entendre la bénédiction urbi et orbi (à la ville et à l’univers) du pape.

Ensuite, on pénètre dans la basilique pour s’arrêter sous sa gigantesque coupole. Parmi les dizaines de chapelles et les centaines de statues, la merveilleuse « Pietà », sculptée par Michel-Ange alors qu’il n’avait que 25 ans, touche par sa simplicité et les musées.

Et les musées, il fallait les visiter ? À eux seuls, ils symbolisent la richesse de l’Église. Du Musée égyptien au Musée étrusque de la galerie des Cartes de géographie aux chambres de Raphaël, sans oublier la chapelle Sixtine, on y passera la journée…

La fontaine des amoureux

La ville de Rome est aussi surnommée la cité des amoureux. Cette appellation est due à la fontaine des Quatre-Fleuves située au centre de la piazza Navona. Une fois qu’on a franchi le Tibre, on aborde la Rome baroque et on arrive sur la place. Cette fontaine, construite en 1651 est l’œuvre du sculpteur Bernin.

Sur la piazza de Navona, on trouve des statues de Neptune, un dieu romain, qui lutta contre les pieuvres entre les façades ocre des maisons, puis la fontaine de Trevi. En chemin, on découvre des magasins surchargés de chasubles d’encensoirs ou de Samsonite pour prêtres voyageurs. Pour les amateurs de peinture, arrêtez-vous à la galerie Doria Pamphili où quelques Rembrandt jouxtent des Claude Lorrain et des Caravage : que des chefs-d’œuvre, mais un véritable capharnaüm.

Autour de la villa Borghese

En suivant la viale Trinità del Monti, on parvient à la villa Médicis. Siège de l’Académie de France depuis 1804 par décret de Napoléon, elle accueille les jeunes artistes afin qu’ils s’imprègnent d’art classique. Vous aimez les peintures et les sculptures classiques ? La casino Borghese vous attend.

Si vous préférez des œuvres contemporaines, le musée d’Art moderne est pour vous. On y découvre la peinture monumentale des années 30. Exaltant les valeurs antiques et moderniste, elle est à l’Italie fasciste ce que le réalisme socialiste était au pays de l’Est. On y verra par exemple des processions de camions survolés par des légions romaines : un bon résumé de la Rome actuelle.

Le luxe sur la via Veneto

Au sud, se trouve le palais Barberini qui s’est refait une beauté. Ses tableaux du Titien, d’Holbein, de Lotto sont enfin mis en valeur. On emprunte ensuite la via Veneto si vous envisagez de faire du shopping. Ce quartier abrite des grands magasins de luxe et des grands couturiers.

On continue, et on bifurque à gauche pour arriver à la piazza di Spagna. Enfin, en haut des marches, on domine les coupoles et les toits de Rome. Idéal quand les cloches carillonnent toutes en même temps.

La Maison Néron

À côté du grand Colisée, une salle de spectacle grandiose où on apprécie les combats de gladiateurs, se trouve la Maison Néron. Une splendide demeure célèbre ouvert au public depuis 1999. Fermée depuis vingt ans, la Domus Aurea – Maison dorée – de Néron abrite des fresques, redécouvertes au XVe siècle, qui inspirèrent à des peintres comme Raphaël un nouveau genre artistique : les « Grotesques ».

Si vous prévoyez de visiter Rome, il est préférable d’y aller la semaine du 15 août. C’est une période de fête et de promotion dans les magasins. Pour visiter les lieux touristiques de Rome, vous pouvez consulter le site de www.vizeo.net et connaître à l’avance votre itinéraire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here